CUSTOMER STORY

Harrington

Harrington Plastics élimine les incertitudes des prévisions et optimise l’intégration et la visibilité du réseau

Introduction

En tant que leader du marché de la distribution de systèmes de transmission ultra-fluides depuis 60 ans, Harrington est surement en mesure de vous proposer ce dont vous avez besoin, là où vous en avez besoin. Son réseau s’étend d’Hawaii à la Floride et son catalogue comprend environ 550 000 combinaisons d’articles/entrepôts. Sa clientèle est essentiellement constituée d’équipementiers (FEO) et d’entrepreneurs, et elle fournit un large éventail d’industries, de la fabrication de semi-conducteurs au traitement de l’eau, des produits pharmaceutiques aux fabricants de piscines. Que vous ayez besoin de vous approvisionner en vannes, en raccords, en pompes, en réservoirs ou en filtres, ou tout autre produit résistant à la corrosion, vous le trouverez dans l’une de leurs 57 succursales nationales.

Resultats

Intégration simplifiée d’un tout nouveau centre de distribution Meilleure compréhension de la demande Visibilité accrue des équipes

Défis

Comme de nombreuses entreprises, Harrington avait besoin d’équilibrer ses investissements en stocks et ses objectifs de service. Les planificateurs avaient tendance à réduire les stocks, mais ils devaient définir des niveaux de stock qui ne compromettraient pas la qualité de leur service.

Qu’est-ce qui les en empêchait ?

Pour commencer, le système de planification de Harrington reposait sur des suppositions et sur des méthodes de prévision inefficaces. Comme l’explique David Burnett, directeur de la chaîne d’approvisionnement stratégique : « Nos problèmes étaient similaires à ceux de nombreuses entreprises de notre secteur. La majeure partie de nos prévisions reposaient sur des moyennes fixes et des calculs assez simples. En l’absence d’analyse des données, nous nous contentions de faire appel à quelqu’un qui connaissait son marché et qui pouvait nous donner une estimation min/max pour chaque produit ou gamme de produits. Les gens préféraient travailler comme ça, parce que cela se faisait depuis longtemps, mais la réalité était que ce n’était pas une approche extrêmement précise, car elle ne s’appuyait sur aucune donnée »

Non seulement ce système n’était pas précis, mais c’était aussi un véritable casse-tête. « Nous révisions manuellement chaque combinaison article/entrepôt et nous n’avions pas les ressources nécessaires pour le faire aussi souvent que nous le devions », explique Scott Gudat, responsable de la logistique des stocks, qui travaille depuis 35 ans à Harrington et connaît l’entreprise de fond en comble. À cette époque, nous avions probablement huit ou neuf sites différents, et un seul responsable des opérations. Un contrôle manuel de tous ces éléments pouvait lui prendre un mois. Et comme cela ne représentait qu’une partie de sa charge de travail, il révisait chaque site une fois par an maximum ».

Cette méthode de planification manuelle a généré des succursales disparates et indépendantes plutôt qu’une entreprise unifiée. David Burnett, qui a été choisi pour organiser l’intégration de la gestion des stocks sur l’ensemble du réseau, nous explique : « Nous avons besoin que toutes nos succursales assurent le service et soient totalement réactives à leurs marchés, mais nous voulons aussi utiliser au mieux nos stocks et notre infrastructure afin de pouvoir continuer à fournir des niveaux de service élevés en évitant les surcoûts au niveau de notre base opérationnelle ».

La solution

Alors comment Harrington a-t-il allégé la charge de travail, éliminé les incertitudes des prévisions et créé un réseau plus cohérent ? En implémentant le Service Optimizer 99+ (SO99+) de ToolsGroup. Cette solution automatisée permet à Harrington de mieux comprendre sa demande et de maintenir son stock au plus bas sans pour autant réduire son niveau de service. « SO99+ nous a donné la possibilité d’utiliser des fonctions comme le classement calculé et les niveaux de service correspondants pour optimiser nos investissements de stocks ; il nous a également permis de faire des simulations détaillées pour optimiser nos chemins de réapprovisionnement en produits à différents endroits clés de notre réseau », explique M. Burnett. « C’était beaucoup plus difficile à faire avec le processus manuel et les moyennes fixes que nous utilisions auparavant ».

Après huit mois d’implémentation, les succursales de Harrington ont commencé à faire confiance au système. Comme l’explique M. Gudat : « Nous disposions d’un réseau de succursales indépendantes, chacune avec un responsable chargé de gérer à son niveau. Ainsi, lorsque nous avons commencé à adopter une gestion au niveau de l’ensemble du groupe, nous avons été en mesure de leur proposer une vision plus précise de leurs stocks. Nous leur donnions une estimation fiable, et ils savaient qu’ils ne manqueraient pas de stocks ».

 

« Nous sommes en mesure d’examiner différents scénarios, classes de service et délais afin de déterminer si nous devons augmenter ou diminuer notre niveau de service. La planification de la demande m’aide même à anticiper les articles dont la demande est imprévisible ». – Matthew Fuller, gestionnaire de stocks

 

Matthew Fuller, le gestionnaire de stocks de Harrington et le « premier décideur » autoproclamé, fait également partie intégrante de l’implémentation et de la gestion quotidienne de SO99+. Mais ne vous y trompez pas… Fuller travaille depuis 10 ans chez Harrington, il gère la plupart des tâches quotidiennes du système. Il apprécie la facilité avec laquelle il est possible d’analyser les données et d’affiner les prévisions. « C’est un système très intuitif », nous dit M. Fuller. « Il est fiable et j’apprécie vraiment le fait de pouvoir examiner et traiter les données sans trop de va-et-vient. Nous sommes en mesure d’examiner différents scénarios, classes de service et délais pour déterminer si nous devons augmenter ou diminuer notre niveau de service. La planification de la demande m’aide même à anticiper les articles dont la demande est imprévisible ».

Grâce aux fonctions automatisées, Harrington peut gérer les exceptions, contrôler ses paramètres de niveau de service et déterminer où il est possible d’être plus agressif au niveau des objectifs de service. Elles permettent aussi de simplifier le déroulement des opérations en facilitant le partage des résultats. « Dans l’ensemble, ce système fonctionne parfaitement », explique M. Fuller. « En analysant les données et en suivant le déroulement normal de mon travail quotidien, je suis en mesure de partager des informations avec d’autres intervenants qui ne sont pas aussi familiers avec ce processus. Cela a plus de sens pour eux, lorsqu’ils peuvent voir, sous forme de graphique ou de rapport, à quoi ressemble l’utilisation réelle de certains de nos articles ».

 

Résultats

L’un des plus grands bénéfices que Harrington a obtenus c’est l’ouverture d’un tout nouveau centre de distribution dans le Midwest. « Nous avons pu utiliser SO99+ pour simuler l’impact de l’orientation de tous les chemins de réapprovisionnement sur un ensemble de filiales vers un endroit qui n’existait pas encore dans notre système de production », explique M. Burnett. « Plus besoin d’additionner manuellement toutes ces demandes des filiales et de nous assurer que nous ne dupliquons aucune demande sur l’ensemble du groupe. C’est un énorme avantage pour nous et nous l’utiliserons certainement encore à l’avenir lorsque nous chercherons les meilleurs endroits pour nos achats groupés ou la gestion régionale de nos stocks ». Cette simulation de réseau réussie aidera à guider Harrington dans la mise en œuvre future d’un réseau en étoile. « Nous allons évaluer comment mieux utiliser une partie de l’infrastructure réseau existante afin de consolider la gestion des achats et des stocks et rendre le système encore plus efficace ».

Harrington dispose désormais d’une visibilité accrue et une meilleure compréhension de la demande au sein de ses équipes et cherche à perfectionner sa gestion de la chaîne d’approvisionnement. Selon M. Fuller, « il s’agit simplement d’affiner en permanence certains paramètres et de s’assurer que nous sommes en mesure de présenter des données précises aux personnes qui doivent prendre des décisions à partir de ces données ».

Harrington ne va pas s’arrêter là. L’étape suivante consiste à adopter un regard plus granulaire sur la précision de leurs prévisions. Selon M. Burnett, « Nous utilisons une bonne approche axée sur les données qui nous permet d’obtenir des prévisions précises et d’excellents niveaux de service, afin d’évaluer où nous devons passer le plus de temps du point de vue des prévisions et de quantifier ce que le système apporte réellement à notre entreprise ».

↓ Télécharger le PDF